Célébrons ensemble les fêtes de l’Indépendance

L’indépendance des pays africains

L’indépendance, c ‘était entre 1959 et 1962 selon les pays africains qui étaient les anciennes colonies françaises. C’était, partout, il y a plus de 50 ans.

Au Congo Brazzaville où je résidais avec mes parents, ce fut en 1961… Un beau défilé, des évènements pour célébrer cette libération.

Aujourd’hui, plus de 50 ans après, je rédige un livre qui tente de faire le bilan des ces 50 années pas toujours faciles à vivre par nos amis africains, lâchés sans préparation dans cette autonomie nouvelle qui les attendait. Certes, les français les ont accompagnés, financés, aidés même, mais un avenir met souvent plus longtemps à se construire qu’à se décréter.

Et l’indépendance des femmes…

Quelques années plus tôt, à la fin de la guerre, en France,  les femmes amorçaient aussi, en théorie du moins, un premier pas vers leur indépendance en acquérant le droit de vote.

Cela était nécessaire, mais non suffisant. Ce n’est qu’en 1967 qu’elles devenaient, devant la loi, presque égales de leurs partenaires masculins, puiqu’elles pouvaient enfin exercer une profession ou emprunter sans l’autorisation de leur « propriétaire » de mari.

Mai 68 leur a permis d’acquérir ensuite d’autres droits, celui de la contraception notamment, mais ce n’est qu’en 1975 qu’elles eurent enfin la maîtrise de leur corps grâce à la Loi Veil…

Aujourd’hui, que sont-elles devenues? Indépendantes en théorie, certes, souvent même chefs de famille  : près d’une famille sur 5 est aujourd’hui monoparentale cad la plupart du temps… dont le chef est une femme.

Mais cette indépendance, elles l’ont payée bien cher et leur salaire reste encore près du tiers inférieur à celui des hommes. Et celles qui ont réussi comme des hommes l’ont souvent payé du prix de leur solitude affective.

Contribuez à alimenter le livre-souvenir « les fêtes de l’indépendance »

Mon livre va prouver, à partir de témoignages, que l’indépendance, qu’il s’agisse de celle d’un pays ou de celle de la moitié féminine de l’humanité, ne se décrète pas, du jour au lendemain, sans préparation, mais se construit dans la durée. Et que le prix à en payer est souvent celui de la décrue des « possédants » précédents, les colonisateurs comme les machos…

Je fais donc appel à vos témoignages et vos photos de l’Afrique et/ou de la condition féminine entre 1950 et 2000 pour publier, avec vos contributions, l’histoire des 50 ans qui ont changé le destin des pays africains et celui des femmes… Les 50 ans qui ont permis à l’Indépendance de devenir réalité, dans un cas comme dans l’autre.

Contributions à m’adresser, je promets de les traiter d’une manière ou d’une autre, photos, témoignages, souvenirs en tous genres…

Merci d’écrire à dominique@be-st.fr, réponse asurée.

Be Sociable, Share!